Accueil Education Nationale Education nationale : Hellot Mampouya revient dans l’éducation après ses nombreux échecs en tant que ministre

Education nationale : Hellot Mampouya revient dans l’éducation après ses nombreux échecs en tant que ministre

par La rédaction
Hellot Matson Mampouya revient aux affaires

L’ancien ministre Hellot Matson Mampouya a été nommé Haut Commissaire des états-généraux de l’éducation nationale, en vue de sa reforme, alors qu’il avait échoué a le reformé lorsqu’il fut ministre. Nous sommes en droit de nous interroger sur ce choix. Que peut-on attendre d’un homme qui a montré ses limites à reformer le système éducatif de l’intérieur, lorsqu’il fut ministre et penser que maintenant il apportera du neuf ? Décryptage de LETUDIANTMAG.CG


Hellot MATSON MAMPOUYA est un homme politique congolais né le 7 février 1964 à Kinshasa (RDC). Il fut successivement ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation technique (2007-2009), puis ministre de la Pêche et de l’Aquaculture (2009-2012), ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et de l’Alphabétisation (2012-2015), ministre des Postes et Télécommunications (2015-2016)1, et enfin ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation technologique (2016-2017).

C’est sous sa direction que le BAC de Juin 2015 avait été annulé pour fraude massive et totale, une vraie cacophonie et une honte pour notre pays, dévoilant ainsi l’incompétence d’un homme qui avait été nommé à un poste aussi stratégique qu’est l’éducation nationale. L’annulation de ce bac, avait coûté un peu plus de 2 millions de FCFA à l’état.

C’est également sous sa gouvernance, que la fraude était devenue une norme sans que ce dernier ne s’en préoccupe. L’une des plus célèbres est le cas des fuites dites « bébés lili », connu dans ces années 2014 – 2015. Il sied de rappeler que durant son mandat à la tête du ministère de l’enseignement primaire, secondaire, chargé de l’alphabétisation, l’état avait décrété la gratuité de l’enseignement. Pourtant, les parents continuaient à payer les frais scolaires.

A son arrivé à la tête de ce département ministériel qu’est l’Enseignement Primaire, Secondaire, Chargé de l’Alphabétisation, il avait promis apporter du renouveau, des changements, et surtout changer l’image des établissements publics tout en relevant le niveau du système éducatif national de base pour une formation de qualité et des ressources de qualité.

Hélas, il n’a jamais réussi ce fameux grand changement. Il faut le dire, l’ancien ministre Hellot Matson Mampouya a échoué. Son échec était-il dû à un manque de compétences ? Ou à un manque de rigueur dans les prérogatives qui étaient siennes ?

Voulant moderniser les conditions d’études dans les établissements, le ministre Mampouya avait commandé des tables-bancs en France ! Scandale ! Cette commande avait fait les gros titres dans la presse locale. Jusqu’à longtemps après son départ du ministère, ces meubles en pièces trainaient toujours dans les établissements scolaires comme le lycée Victor Auganieur ou au port de Pointe-Noire.

Les tables bancs commandés par l’ancien ministre Hellot Matson Mampouya dans la cour d’un établissement

Lire aussi : Congo, 9 milliards investis dans les tables-bancs en France au détriment des menuisiers congolais

Aujourd’hui, il revient pour organiser des états-généraux sur l’éducation nationale, en vue de sa réforme en tant que haut commissaire. Nous restons dubitatif sur ce choix. A quoi peut-on s’attendre, d’un homme qui a échoué lorsqu’il fut ministre de l’enseignement et penser qu’en sa qualité de haut commissaire des états-généraux, il apportera du neuf ?

Notre système éducatif a besoin de grandes réformes à tous les niveaux, tant les problèmes sont énormes. Par rapport à nos voisins, nous sommes en retard sur de nombreux points, dont le premier concerne les programmes scolaires qui aujourd’hui sont caduques au regard de l’évolution de nos sociétés et des avancés technologiques. Se pose aussi le problème de la rénovation et de la construction d’établissements partout dans le pays, en plus de l’intégration des enseignants en attente de leur recrutement. Enfin, la condition d’organisation de nos examens d’état et le niveau au sortir de ceux-ci est aussi un problème important. Est-il vraiment l’homme qu’il faut ?

Pour le très respecté journaliste Arsène Séverin, c’est aussi un échec de confier la réforme de notre système éducatif qui souffre et qui est en retard par rapport aux pays voisins, à un homme qui n’a rien pu faire en tant que ministre.

Avant d’être nommé ministre, il devrait commencer par organiser les états généraux, puis être nommé ministre pour le voir porter les objectifs de son forum. Mais là, c’est gâté. On ne peut pas faire des réformes avec des gens qui ont échoué dans le secteur. C’est aussi un échec! Pourquoi doit-on espérer des résultats nouveaux avec les mêmes personnes et les mêmes formules? Congo !

Arsène Séverin, journaliste congolais de Vox TV

En notre qualité de média spécialisé dans le secteur de l’éducation, nos attentes sont énormes concernant ces états-généraux de l’éducation nationale. Nous espérons que les conclusions qui seront prises durant ce forum seront appliquées afin de rehausser le niveau de notre système éducatif.

Dans la même rubrique

Avec votre accord, nous et nos partenaires utilisons des cookies ou équivalent pour collecter, stocker et traiter certaines de vos données personnelles comme cette visite sur ce site. Elles servent à analyser des audiences, adresser des contenus personnaliser et/ou des campagnes de publicité ciblées, améliorer la connaissance, optimiser les services et lutter contre la fraude. Cliquez sur Autoriser pour consentir à ces utilisations ou sur En savoir plus pour obtenir plus de détails et/ou refuser tout ou partie. Vous pouvez changer d'avis à tout moments. Autoriser En savoir plus