Accueil Enseignement supérieure Études Supérieures : Université Marien NGOUABI, usine à fabrique de chômeurs ?

Études Supérieures : Université Marien NGOUABI, usine à fabrique de chômeurs ?

par La rédaction
Études Sup : l'université Marien Ngouabi, une fabrique de chômeurs ?

Le développement économique de nos sociétés est intimement lié à l’élévation du niveau d’éducation. L’amélioration du lien entre les formations offertes par les universités, organismes de formation et les besoins des entreprises peut réduire le chômage. Quid des formations de l’université Marien Ngouabi ? Sont-elles adaptées aux besoins actuels de nos entreprises ? L’université Marien Ngouabi, est-elle une fabrique de chômeurs ?


Vous en conviendrez avec nous: la capacité d’une économie à être compétitive et à produire des richesses est intimement liée à la qualité de ses ressources-humaines. Cette qualité s’acquiert en partie dans l’entreprise, sur le tas, en situation d’emploi et au contact de salariés plus expérimentés. Mais elle dépend au premier chef de la formation initiale, durant laquelle le futur actif emmagasine les connaissances qu’il lui faudra modéliser ensuite au cours de sa vie active.

L’école joue ainsi un rôle essentiel dans la formation de la main-d’oeuvre aux cotés de l’héritage culturel transmis par la famille, des relations sociales et des médias. Le développement économique de nos sociétés, depuis la révolution industrielle, est donc intimement lié à l’élévation du niveau d’éducation de la population.

Cette élévation a en grande partie été impulsée par l’Etat, pour fournir à l’économie la main-d’oeuvre qualifiée qui lui était nécessaire. Mais aussi pour atteindre d’autres objectifs : transmettre à tous des valeurs communes et donner à chacun la possibilité d’exercer sa citoyenneté.

Inadéquation entre qualifications des demandeurs d’emploi diplômés de l’université Marien Ngouabi et les besoins des entreprises

Nous vivons une époque, où les pays du monde sont dans une guerre économique et celle-ci est intimement liée aux nouvelles technologies et à l’innovation. Le Congo qui veut emboiter le pas du développement et de l’émergence doit miser sur sa main-d’oeuvre pour innover et rendre ses entreprises plus compétitives.

Pour atteindre ses objectifs, le Congo doit compter sur les compétences et le savoir-faire des diplômés qui sortiront des universités et écoles de formatons du pays, notamment, l’université Marien Ngouabi, puisqu’il s’agit de la plus ancienne et principale université public du Congo. L’université Dénis Sassou Nguesso, venant à peine de voir le jour.

Cependant, la qualité de formation, les conditions d’études et les programmes de formations offerts par cette dernière, ne permettent pas en général aux diplômés de répondre aux besoins des entreprises du pays qui eux sont à la recherche de compétences dans des domaines d’études non dispensés à ce jour par l’université Marien Ngouabi.

Ainsi, on a chaque année, plusieurs diplômés de l’université Marien Ngouabi qui se retrouvent sur le banc de touche du chômage, augmentant le chiffre déjà inquiétant des chômeurs diplômés du pays. Il ne s’agit pas de dire que toutes les formations offertes par l’université Marien Ngouabi n’offrent pas de perspectives professionnelles, mais que certaines d’entre elles, une fois le diplôme en poche vous mettent rapidement dans l’équipe des réservistes chômeurs.

Par conséquent, nombreux des diplômés de différentes formations de l’université Marien Ngouabi se retrouvent au chômage, pas parce qu’ils ne trouvent pas du boulot, mais tout simplement parce que leurs diplômes et formations ne correspondent pas aux besoins du marché actuel.

Un marché de l’emploi tourné vers les métiers d’avenir qui n’entrent pas à ce jour dans l’offre de l’Université Marien Ngouabi

Les seules entreprises à ce jour qui recrutent des diplômés de l’université Marien Ngouabi sont celles des secteurs du pétrole, des mines et de la santé. Il faut le dire, ces secteurs d’activités que nous avons cités, ne sont pas ceux qui offrent le plus d’opportunités.

Aujourd’hui au Congo, ce sont les entreprises du secteur Bancaire, des Télécommunications et du Digital qui recrutent le plus et dont la quasi totalité des offres d’empois ne sont pas pourvus. Pour répondre à leur besoin, ces entreprises installés au Congo, font généralement recours à le main d’œuvre étrangère.

Dans d’autres pays, même en Afrique, les entreprises des secteurs bancaires, nouvelles technologies. de l’information et de la communication, se rapprochent des universités publics pour recruter leurs personnels, parce qu’elles savent que celles-ci offrent des formations de qualité et qui répondent à leur besoin. Ce qui n’est pas le cas avec notre université Marien Ngouabi.

Peut-on espérer être recruté de nos jours par des entreprises comme MTN, Congo Télécoms, Canalplus, quand on a suivi un cursus académique à l’université Marien Ngouabi ? La question se pose, et la réponse pour nous est un non catégorique.

A qui revient la responsabilité de rendre l’université Marien Ngouabi plus compétitive ?

Suivre un parcours de formation à l’université Marien Ngouabi et espéré trouvé un emploi dans un entreprisse tourné vers les nouvelles technologies, l’innovation, le digital, l’accompagnement au changement, l’agilité.. C’est s’inscrire sur la longue liste des chômeurs diplômés de l’Université Marein Ngouabi et c’est sans doute devenir pompiste au sein d’une station Totale malgré un Master en issues la très connue Faculté des Sciences Économiques et son Amphi 600.

C’est aux autorités gouvernementales, notamment au Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’innovation technologique de prendre la question au sérieux et lancé une étude approfondie sur la qualité et l’offre de formation de l’université Marien Ngouabi. Cet article, n’a pas pour but de salir l’image de tous les diplômés de Marien Ngouabi, mais plutôt d’attirer l’attention sur le manque de compétitivité de celle-ci face aux demandes du secteur de l’emploi et de l’évolution de notre société.

Dans la même rubrique

Avec votre accord, nous et nos partenaires utilisons des cookies ou équivalent pour collecter, stocker et traiter certaines de vos données personnelles comme cette visite sur ce site. Elles servent à analyser des audiences, adresser des contenus personnaliser et/ou des campagnes de publicité ciblées, améliorer la connaissance, optimiser les services et lutter contre la fraude. Cliquez sur Autoriser pour consentir à ces utilisations ou sur En savoir plus pour obtenir plus de détails et/ou refuser tout ou partie. Vous pouvez changer d'avis à tout moments. Autoriser En savoir plus