Accueil Vie étudiante Université Marien Ngouabi : harcèlement sexuel, profs, étudiants, prédateurs, oser en parler

Université Marien Ngouabi : harcèlement sexuel, profs, étudiants, prédateurs, oser en parler

par La rédaction

Violence verbale, harcèlement, attouchements, agressions sexuelles, l’université Marien Ngouabi est largement affecté par le harcèlement sexuel, pratiques abusives qui touchent particulièrement les femmes et qui jouent fortement leur estime personnelle, mais surtout leur réussite académique. Le Magazine de l’Étudiant Congolais à décider de décrypter les abus dans ce milieu où la parole peine à se libérer.


« En tant qu’étudiante à l’université Marien Ngouabi, c’est simple : tu es constamment en train de repousser des avances. » Emmanuelle (le prénom a été modifié), aujourd’hui diplômée de Médecine s’imaginait faire des études supérieures à l’Université Marien Ngouabi sans autres pressions que celles liées à ces études. Elle soupire aujourd’hui dégoutée par le sexisme du milieu universitaire au Congo.

Comme sa consœur Gaelle (prénom a été modifié), qui a fait ses gammes à la FSSA (Faculté des Sciences de la Santé) et devenue aujourd’hui Docteur en Médecine Spécialisée en Gynécologie lassée des « blagues de cul tous les jours, des commentaires sur le physique et des mains baladeuses, des propositions sexuelles de professeurs nous en dit plus « Il m’est arrivé de coucher pour qu’ on me fiche la paix, témoigne-t-elle. Genre « allez, tu as un moyen de pression sur moi, je vais te donner ce que tu veux , peut-être que tu me laissera tranquille après »

« Ce sont des choses qui arrivent quand les mecs, les professeurs ont du pouvoir et un moyen de pression de sur vous. Cela peut être des documents, des cours, des TD.. »

Lire aussi : Harcèlement sexuel à l’Université Marien Ngouabi, les Notes Sexuellement Transmissibles (NST)

Le harcèlement sexuel est un phénomène qui touche pas seulement l’université Marien Ngouabi mais également tout le système scolaire congolais nous explique un responsable d’association estudiantine sous couvert d’anonymat. vous allez dans lycées, discuter avec les lycéens et lycéennes, vous serrez surpris d’entendre auprès de ces derniers des rumeurs sur des possibles relations sexuelles entre des professeurs et des élèves contre des notes ou des moyennes de passage en retour.

Ce genre de pratique détruit la vie d’un enfant poursuit, ce responsable d’association d’étudiant, en plus de l’habitué à la facilité, donc à mettre son corps en valeur pour obtenir des faveurs et de la réussite. Dans les établissements, les proviseurs sont parfois au courant de ces pratiques, mais préfèrent fermés les yeux.

Le harcèlement sexuel en milieu scolaire ne vient pas seulement des professeurs, mais aussi des élèves et des étudiants qui n’ hésitent pas à pousser le bouchon loin, voir très loin. Quand vous avez, un élève qui tous les jours, envoie des SMS, des photos de sexe à sa collègue de classe, qui elle en retour lui fait comprendre qu’elle ne serait pas intéressée, c’est du harcèlement sexuel et c’est très fréquent dans nos lycées, collèges au Congo.

Le problème, c’est que les filles qui en majorité sont touchées par ces pratiques, ne savent pas vers qui se tourné. Au Congo, l’accompagnement ou la prise en charge psychologique de l’élève ou de l’étudiante victime de harcèlement et abus sexuel, ne se fait pas comme dans certains pays africains pour ne pas dire européens. Il y a aussi la peur, le jugement derrière et donc la jeune fille se renferme sur elle même ou cède à la pression pour se libérer. Triste, mais on a des filles qui perdent leur virginité par la même occasion, alors que ce n’était pas leur objectif premier, mais il fallait le faire pour souffler.

Quelle solutions face à cette problématique de harcèlement sexuel dans le système scolaire Congolais ?

Nous avons interrogé un jeune juriste congolais qui a préféré s’exprimer sous anonymat. Pour ce dernier, il faut une loi qui punie et condamne ces pratiques en milieu scolaire et académique qu’elles viennent des élèves, des enseignants ou des professeurs. Et il faut des condamnations pour servir d’exemples. Si on ne le dis pas trop, dans ces pratiques, il y a même des viols qui passent sous silence. Les parents des victimes n’osent pas en parler parce que derrière, il y a le jugement, ni porté plainte parce que le professeur est une personne influente qui peut nuire à la vie scolaire ou estudiantine de l’apprenante.

Il faudrait aussi que dans les lycées, soient mis un véritable service d’accompagnement et psychologique des élèves pour les emmener à en parler. Enfin pour ce jeune juriste brillant, il faut s’inspirer de ce qui se fait de mieux ailleurs, notamment en France, où des lois ont été votés dans ce sens.

Dans la même rubrique

Avec votre accord, nous et nos partenaires utilisons des cookies ou équivalent pour collecter, stocker et traiter certaines de vos données personnelles comme cette visite sur ce site. Elles servent à analyser des audiences, adresser des contenus personnaliser et/ou des campagnes de publicité ciblées, améliorer la connaissance, optimiser les services et lutter contre la fraude. Cliquez sur Autoriser pour consentir à ces utilisations ou sur En savoir plus pour obtenir plus de détails et/ou refuser tout ou partie. Vous pouvez changer d'avis à tout moments. Autoriser En savoir plus